Le bateau

Notre bateau, Ribouldingue, est un Archimède 36, plan Joubert-Nivelt, dériveur intégral en aluminium.

Son tirant d’eau est de 70 cm lorsque la dérive est remontée. Il se pose très sereinement sur le sable grâce à son fond plat.

  • La coque :

Elle est en aluminium, et pour la protéger, nous avons choisi de la recouvrir de zinc, le procédé de Méta. Ainsi, nous n’utilisons pas d’antifouling classique. Le zinc est fortement adhérent à l’aluminium, il n’est pas errodable et on peut le brosser sans qu’il ne se disperse dans l’eau. Il n’est donc pas polluant.

  • L’énergie à bord :

Nous sommes autonomes en énergie propre grâce à notre éolienne, une Aerogen 4, ainsi que trois petits panneaux solaires installés sur le portique, au total 35 Watt, deux grands panneaux solaires de 100 Watts, orientables et installés sur les filières, et notre alternateur d’arbre d’hélice, installé non sans mal et avec l’aide précieuse de Gérard. Les deux grands panneaux solaires sont démontables et nous pouvons les ranger dans le bateau en cas de vent fort en navigation par exemple.

  • La garde-robe :

Un génois sur enrouleur de 65 m², une trinquette sur enrouleur, une grand voile lattée, un spi symétrique de 100 m² : pour les navigations courantes.

Dans le placard à voile nous avons également un tourmentin, un solent et un deuxième génois qu’on voudrait réussir à envoyer en même temps que le premier avec un deuxième tangon en ciseau pour les grandes navigations de portant.

Le gréement dormant est neuf, nous l’avons fait changer avant le départ.

  • L’eau douce :

Nous avons deux réservoirs de 200 litres chacun, en plastique alimentaire, que nous avons fait fabriquer sur mesure par Les Plastiques de l’Estuaire (voir article dédié dans La préparation > Les travaux). Cette réserve nous permet de tenir entre deux et trois semaines, deux semaines si nous sommes dans des mouillages où nous ne pouvons pas utiliser l’eau de mer pour la vaisselle et la cuisine, et trois semaines quand nous pouvons utiliser l’eau de mer à volonté.

Nous avons également un récupérateur d’eau de pluie, fabriqué sur mesure par Monique, pour remplir les cuves en cas de grosse pluie.

  • Le mouillage :

Le mouillage principal est constitué de 60 mètres de chaîne de 10 et 30 mètres de cablot, ainsi que d’une ancre Rocna de 20 kilos.

Nous avons un mouillage secondaire à l’arrière : 25 mètres de chaîne de 10 et une ancre plate de 16 kilos.

Puis un tertiaire, constitué de 15 mètres de chaine de 8 et d’une ancre CQR de 20 kilos.

  • Le matériel de navigation :

Pour naviguer nous utilisons le logiciel open source Open CPN. Nous avons des cartes Navionics faites par Logos, merci à eux ! Nous avons un ordinateur dédié à la navigation, qui ne nous sert qu’à ça.

Nous avons bien entendu en complément des cartes papiers et des guides de navigation.

Nous avons une VHF fixe, une VHF portable, un Irridium, une BLU (le pataras isolé fait antenne), un GPS portable.

Nous avons également une balise tracking et, en cas de gros pépin, une balise EPIRB.

  • Les équipements de loisir :

La planche à voile du Capitaine fait partie du voyage, ainsi que son matériel de chasse sous-marine, dont trois fusils. Deux cannes à pêche de lancer, une canne à pêche de traîne. Les chaussures de randonnée. Une liseuse, et beaucoup de livres. Un hamac.

 

         

Publicités

Un commentaire sur “Le bateau

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s